AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à WLOU ?
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci !

Partagez | 
 

 ~ arsionist's lullaby (Chibs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nebojša Vukojević
ORIGINES : serbes & albanaises
STATUT : sans foi ni loi - célibataire
JOB : ex- capitaine dans l'armée serbe, mercenaire.

MESSAGES : 63
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 105


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Mar 24 Fév - 20:22

Tu t’es rendu à l’hôtel, le plus luxueux de la ville renaissante, parce que tu sais que cet homme là ne renoncerait pour rien au monde à son confort. Tu t’es rendu à l’hôtel et tu t’es assis à un fauteuil du hall avec un journal, faisant semblant d’attendre quelqu’un. Un serveur t’apporte un verre d’eau dans lequel nage une rondelle de citron. La vie ici se joue devant toi comme si The Pulse n’avait pas eu lieu, comme si les ruines n’étaient pas partout pour rappeler à tous l’horreur et la mort, l’odeur de la crasse, de la pauvreté qui ravage les rues. Tu lis, sans réellement prêter attention aux phrases, filandreuses pour la plupart, de ce torchon insipide. Tu n’es pas idiot, ni vraiment novice en matière de corruption et de censure, ça ne manque pas chez toi, tu sais que cette presse, comme tant d’autres choses, n’est qu’une illusion, qu’elle ne laisse filtrer que ce que ce qui sied à ceux d’en haut, qui voient le monde comme un échiquier, un simple jeu. Au bout d’une vingtaine de minute, l’homme apparaît enfin, vêtu d’un costume qui doit bien valoir l’équivalent de six moi de nourriture pour une famille entière. Prévisible. Sordide aussi, mais venant de cet homme là, rien ne t’étonne. Il entre et se dirige vers la réception puis, sans grande surprise, vers l’escalier menant aux chambres. Tu te lèves et prend la même direction. Repérage, l’étape la plus importante, en apprendre le plus possible sur la cible… C’est la phase que tu préfères, c’est plus intéressant que de simplement appuyer sur la gâchette, ça donne du piquant au métier, et puis ça permet de mieux camoufler ensuite.
L’idée d’être en train de filer un compatriote, aurait pu t’émouvoir, si tu avais été l’homme que tu étais quelques années plus tôt. Six ans plus tôt. Si seulement t'étais encore un patriote.

Chambre 324. Tu l’as su en faisant mine de frapper à la porte d’à côté, laissant même un faux billet pour une personne qui, à coup sûr, ne comprendra pas ce qui lui arrive. Le jour s’évanouit petit à petit sur Seattle, et c’est le moment de la journée que tu trouves le plus agréable, lorsque la misère est un peu recouverte, lorsqu’on peut s’abandonner un peu, aussi furtivement que ça puisse être, et vivre un peu au lieu de survivre. Tes pas te reconduisent sous ce pont, dans ce coin peu fréquenté, où se déroulent souvent des échanges de toutes sortes, sous le manteau. Tu l’aperçois de loin, il te semble que c’est lui, ce type qui a l’air de flotter, cet air sympathique sur les traits, cet optimisme dégoulinant, presque un peu faux. Carrément faux, mais qui d’une étrange façon, donne envie de sourire, d’y croire un peu. Mais ce soir, t’es pas d’humeur à jouer, ou à sourire. Tu t’approches, à pas de loups, et au moment que tu juges opportun, lui tapotes l’épaule, bien déterminé à lui faire ravaler son sourire. – I believe you have something of mine. Lances-tu en feignant la courtoisie. Le ton est sec, direct. Tu n’aimes pas les fioritures, le temps est une chose que tu n’aimes pas perdre.

_________________
    of thy sins ~ Les corps ont trois possibilités de beauté : la force, la grâce et la plénitude. Certains corps miraculeux parviennent à réunir les trois. À l'opposé, le mien ne possédait pas une once de ces trois merveilles. Le manque était sa langue maternelle : il exprimait l'absence de force, l'Absence de grâce et l'absence de plénitude. Il ressemblait à un hurlement de faim. - Amelie Nothomb ANTÉCHRISTA


Dernière édition par Nebojša Vukojević le Mer 25 Fév - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chibs Borthwick
ORIGINES : écossaises.
STATUT : volage.
JOB : voleur, recéleur.

MESSAGES : 16
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 47


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Mer 25 Fév - 12:00

Tu parcours les ruelles de cette ville en friche, ton sac à dos sur une épaule, tu fredonnes un vieil air écossais alors que tes bottes claquent sur le trottoir humide. À la nuit tombante, Seattle se noie dans une ambiance qui tu aimes sans pouvoir la saisir, cette impression de ne plus être à la merci du destin, d'être au temps d'avant, celui où résonnaient les rires des gamins dans le parc que tu longes, solitaire. L'aire de jeux est abandonnée aux fantômes, il ne souffle sur elle que l'air putride des vies brisées, toutes ces vies qui n'ont jamais pu être et ne seront jamais. Les balançoires, le toboggan, le tourniquet sont recouverts du voile du crépuscule comme d'un linceul et tu détournes le regard de cette triste mélancolie, tu fredonnes un peu plus fort, tu ressers ta prise sur la bretelle de ton sac. Alors que tes pensées s'égarent vers le souvenir de ta petite sœur une voix vient te tirer de ta détestée solitude. Tu freines ta marche et offres un de tes sourires à l'homme qui fait irruption à quelques mètres devant toi. Tu as l'habitude de le croiser au marché, un de ces hommes qui se tuent à la tâche pour ce qu'il leur reste de famille. - How fares your girl ? Demandes-tu, sincèrement intéressé par l'état de  son enfant, les dernières rumeurs n'ont rapporté rien de bien encourageant mais tu veux l'entendre de sa bouche. - Still sick. Lâche-t-il, simplement, en baissant le regard, honteux de ne pas être la hauteur, ému par ses propres mots, et tu regardes ce grand mec baraqué courber les épaules sous le poids de ses inquiétudes. - Here, take that. Tu sors une boite de médicament de ta besace, la lui lançant. Une denrée dont le prix n'a d'égal que la rareté, déniché dans l'appartement d'un médecin de la haute. - How mu... Tu chasses sa question d'un geste de la main et lui tapes sur l'épaule en reprenant ton chemin.
Tu comptes l'argent qu'on te tend, t'assurant de la bonne foi de ton acheteur. Un signe de la tête accompagné de ton éternel rictus et le deal est scellé. Sa forme, indistincte, est avalée par les ombres alors que ton instinct, lui, t'alerte d'une autre présence. Tous tes muscles se tendent, puis le tapotement sur ton épaule. – I believe you have something of mine. Tu ricanes et te retournes vers l'inconnu. - I have a lot of things that aren't mine. Tu souris, insolent, non sans t'assurer de la présence de ton couteau sous ta veste. Sa silhouette se distingue dans l'obscurité et tu te rappelles de cette rue, de ce bref instant où vos corps se sont frôlés, juste assez longtemps pour que tu puisses tirer quelque chose de ses poches. - You'll have to be more specific. 'Officer' penses-tu sans l'ajouter, te souvenant très bien de ce que tu as retiré de ce larcin.

_________________


there was no choice to make. I don’t know where I’m going, but I don’t think I’m coming home. And I said “I’ll check in tomorrow if I don’t wake up dead.” This is the road to ruin and we’re starting at the end.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nebojša Vukojević
ORIGINES : serbes & albanaises
STATUT : sans foi ni loi - célibataire
JOB : ex- capitaine dans l'armée serbe, mercenaire.

MESSAGES : 63
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 105


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Mer 25 Fév - 13:18



Sa transaction terminée, il se retourne vers toi, ce sourire insolent aux lèvres, défiant, volontairement ou non, avant de répliquer qu’il a plein de choses qui ne lui appartiennent pas. Tu t’en serais douté, il y avait quelque chose dans sa façon d’être, de se déplacer comme une ombre, flottant, qui ne t’inspirait pas confiance. – You’ll have to be more specific. Là, il te prend pour un con, sans la moindre gêne, tu le sens, et ça, c’est un truc qui te hérisse le poil. Tu lâches un rire sardonique, roulant des yeux, on n’te la fait pas à toi, t’as traîné tes guêtres dans trop de coins pas nets, pour te laisser berner par ces arnaques de bas étage. – Naah, not buying that shit. I know you remember. Tu n’sais pas pourquoi, mais tu sens que derrière ces prunelles malicieuses, se cache un vide que tu ne sais pas vraiment définir, une sorte d’abime, tu vois dans ce regard, la lueur, mais elle ne sonne pas juste, d’ailleurs, rien ne sonne juste chez ton interlocuteur. Au fond, il est un peu comme toi et il te renvoie ta propre image, celle d’avant, celle du type qui se pare de la beauté et de la naïveté du monde, qui a la tête pleine de belles idées, malgré ses doutes, malgré ses peurs. Tu n’es plus cet homme là, et d’une certaine façon, il ne l’est plus non plus, même s’il semble désespérément s’y raccrocher. Toi t’as laissé tomber depuis longtemps.
Au fond, pourquoi ça t’importe tant de récupérer ce qu’il t’a pris ? Tu ne sais même pas pourquoi. Tu t’es toujours targué de ne rien posséder, parce que ça fait autant moins à perdre, alors pourquoi te raccrocher à ces maudits galons, ces trois bandes dorées surmontées d’une étoile, dorée elle aussi. – I’m prepared to remind you if need be… Siffles-tu, sans aucun état d’âme, perché sur les quinze centimètres qui te donnent l’avantage. Un avantage supplémentaire, parce qu’à moins de te tromper lourdement, il n’a ni la carrure, ni l’entraînement que tu as eu, et l’équilibre n’est clairement pas au rendez vous ce soir dans ce rapport de force. – And trust me, it might get ugly… Dans cette allée, adjacente à l’axe principal où se tient le plus grand marché de la ville, il fait assez sombre parce que la lune elle aussi semble avoir déserté, et peu de gens aiment traîner dans les parages à la nuit tombée. C’est une petite impasse comme celle où tu te trouvais y’a pas si longtemps, contemplant ces fameux fils d’or arrachés à la les flammes dansantes qui émanaient de cette vieille poubelle éventrée.

_________________
    of thy sins ~ Les corps ont trois possibilités de beauté : la force, la grâce et la plénitude. Certains corps miraculeux parviennent à réunir les trois. À l'opposé, le mien ne possédait pas une once de ces trois merveilles. Le manque était sa langue maternelle : il exprimait l'absence de force, l'Absence de grâce et l'absence de plénitude. Il ressemblait à un hurlement de faim. - Amelie Nothomb ANTÉCHRISTA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chibs Borthwick
ORIGINES : écossaises.
STATUT : volage.
JOB : voleur, recéleur.

MESSAGES : 16
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 47


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Mer 25 Fév - 17:01


T'en as croisé, des mecs pas nets, sur le chemin de tes galères, en Ecosse, ici, ou ailleurs, t'en as connu des coriaces, des fracassés, des battants, et t'en as même maté quelques uns. Lui, lui il a ce quelque chose en plus qui te met mal à l'aise, une aura saisissante et insaisissable, il semble être de ces figures intemporelles qui traversent la vie des hommes comme d'improbables visions, et pourtant, pourtant tu sens, tu sais, qu'il est irrémédiablement homme, maintenu au niveau du sol, parmi toutes les misères de ce monde, alors tu ne baisses pas le regard même lorsqu'il saisit ton mensonge sans avoir besoin  d'y repenser à deux fois. Ça te fait sourire, et donc tu enfonces le clou, pour le plaisir. Sauf que lui, n'est définitivement pas d'humeur à jouer. C'est con, ça te donne encore plus envie de t'amuser. – Naah, not buying that shit. I know you remember. Tu hausses les épaules, faisant mine de ne toujours pas le remettre. À tes risques et périls, tu l'as bien compris. Il n'est pas de la trempe des petites frappes que tu croises dans les bas-fonds de Seattle, il est fait de quelque de bien différent, de plus dangereux, de plus malsain, ça transparaît dans sa démarche, sa façon de parler, sans détour, autoritaire, et dans ses iris d'un bleu glacé, dérangeant, qui te donne l'impression d'être fouillé en dedans. Tu défies pourtant ce regard dans l'obscurité qui vous enveloppe, masquant tout autour de vous la ville, l'étouffant dans une nuit sans lune. Une nuit glaciale. Comme le regard de ton interlocuteur. Cette froideur toute particulière qui, l'espace d'un instant, te rappelle Katsya.
Il joue de sa carrure, te dépassant un peu trop à ton goût. Déjà perché sur ton mètre quatre-vingt, tu lèves le regard vers lui, refusant de lui laisser prendre plus davantage qu'il en a déjà. Tu n'es pas idiot, tu ne fais pas le poids, mais tu es suffisamment joueur (et un brin curieux) pour continuer la parodie de l'ignorance. – I’m prepared to remind you if need be… Des menaces ? Oh, très mauvais déplacement, ça ne fait que te distraire un peu plus. – And trust me, it might get ugly… Tu arques un sourcil, et réajuste ton sac sur ton épaule, tout en laissant échapper un petit rire. - I see ya big guy, you don't have to stick out your chest. Tu as fait un pas en arrière, fumiste, mais méfiant, tout de même, tu préfères t'offrir la possibilité de filer en vitesse. Tu te doutes qu'un gradé de tu ne sais quelle armée n'est pas à prendre à la légère - ce que tu ne peux donc pas t'empêcher de faire - et qu'il a surement plus d'un tour dans sa manche.   - Threats don't make me very cooperative. C'est à se demander où s'est carapaté ton instinct de survie.

_________________


there was no choice to make. I don’t know where I’m going, but I don’t think I’m coming home. And I said “I’ll check in tomorrow if I don’t wake up dead.” This is the road to ruin and we’re starting at the end.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nebojša Vukojević
ORIGINES : serbes & albanaises
STATUT : sans foi ni loi - célibataire
JOB : ex- capitaine dans l'armée serbe, mercenaire.

MESSAGES : 63
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 105


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Sam 28 Fév - 20:47



Tu le regardes, tu l’observes avec cet œil qui jauge. Au fil des années, t’as appris que chaque détail est une indication sur la situation à laquelle tu es confronté, la personne qui se trouve en face de toi, et qu’on peut en apprendre bien plus en faisant attention à ces indices muets, plutôt qu’en torturant. Il a ce drôle d’éclat dans le regard, cette lueur de malice et d’autre chose, une sorte d’irrévérence et de filouterie, celle qui s’observe chez ceux qui ont dû toujours se débrouiller par eux même pour survivre. Tu sais, à partir de là, qu’il n’est pas purement inconscient, ou peut-être si, mais tu as l’intuition qu’il teste jusqu’où il peut aller sans y laisser sa peau. Son regard ne ploie pas face au tient, c’est déjà plus que la plupart des gens que tu as eu face à toi dans des circonstances similaires, et d’une certaine façon, ça t’interpelle, mais tu ne réagis pas. Tu observes toujours. Il arque un sourcil lorsque tu lui parles de l’aider à se souvenir, il répond avec ce détachement qui pourrait te surprendre si tu n’étais pas quasiment certain que c’est un tour de bluff, la preuve, il fait un pas en arrière, se ménageant une porte de sortie si jamais ça devait déraper et mal tourner pour lui. Pas fou. Courageux mais pas téméraire. Tu souris, amusé cette fois. – I see ya big guy, you don’t have to stick out your chest… Lance-t-il. Pour gagner du temps sûrement, c’est sans doute ce que tu ferais si les rôles étaient inversés. Il réajuste son sac, comme s’il s’accrochait à cette bretelle. Tu fais un pas vers lui, sans ajouter un mot. De toute façon, c’est lui qui parle, encore. – Threats don’t make me very cooperative… C’est presque un défi que tu décèles dans sa voix, et ça fait ressortir le côté le plus sombre, le plus inhumain et sauvage de ta personnalité. Tu passes une main dans ton dos, sans tâtonner, pour aller trouver ton couteau. L’arme blanche est tellement plus discrète pour les situations comme celle-ci, plus précise aussi et elle peut faire tout autant de dégâts que sa collège à feu, question de maîtrise. – Well, let’s find out what does.. Annonces-tu d’un ton redevenu calme et posé, celui de quelqu’un qui a tout son temps et absolument rien à perdre ou à craindre. – And I’m not exacltly thinking of tea, scones and chit-chat… Il veut jouer ? Tout compte fait, ça te va aussi, ça prendra peut-être juste un peu plus de temps. Encore que, tu parierais qu’il ne résistera pas longtemps. Tu fais courir la lame sur ta propre peau, pressant légèrement ta paume, comme pour réveiller l’arme, la rendre réelle.

_________________
    of thy sins ~ Les corps ont trois possibilités de beauté : la force, la grâce et la plénitude. Certains corps miraculeux parviennent à réunir les trois. À l'opposé, le mien ne possédait pas une once de ces trois merveilles. Le manque était sa langue maternelle : il exprimait l'absence de force, l'Absence de grâce et l'absence de plénitude. Il ressemblait à un hurlement de faim. - Amelie Nothomb ANTÉCHRISTA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chibs Borthwick
ORIGINES : écossaises.
STATUT : volage.
JOB : voleur, recéleur.

MESSAGES : 16
HERE SINCE : 03/09/2014
POINTS : 47


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    Dim 15 Mar - 21:57

Tu as toujours été un baratineur, un menteur, tu as toujours joué avec les mots, jouer avec les autres, leurs certitudes et, surtout, leurs incertitudes. Tu as toujours su lire le corps et les visages des autres. Tu as toujours eu l'air de prononcer tes paroles avec instinct, sans filtre ni réflexion et c'est bien avec ça que tu piégeais si facilement ceux qui te prenaient juste pour un voleur de bas-étage, une petite frappe des rues de Glasgow, juste bon à suivre les ordres. Sauf que tu n'aimes pas ça, les ordres, mais ça avait au moins le mérite de te décharger de responsabilités, puisqu'il y avait toujours un moyen de contourner ce qui t'était imposé, de courber les règles, de les plier à ta volonté. C'est toute la beauté de la chose, l'amusement que tu en tires est presque jouissif, et c'est sans doute ce qui dessine ce sourire constant sur ton visage, même s'il est tordu, abîmé, il est marqué des teintes de tes mésaventures mais il n'en reste pas moins l'une des composantes de ton perpétuel déguisement. Tu as toujours été un baratineur, mais là, devant l'imposante silhouette de ton interlocuteur, tu sais que tu es coincé entre le marteau et l'enclume. 'I'll never speak my way out of it.' penses-tu, distinguant son geste dans les ténèbres qui vous ont complètement enveloppés. Il est armé. Toi aussi, après tout tu n'as pas  seulement hérité de ton surnom pour tes cicatrices. Mais tu sais que tu ne fais pas le poids, tu es suffisamment observateur - et pas assez stupide - pour ne pas comprendre qu'il a largement l'avantage sur toi. Ça se lit dans sa façon de se tenir, de jeter sur toi son ombre, menaçante, et sur tout son corps, forgé pour le combat, par des années d'entraînement et de détermination farouche.
- Well, let’s find out what does.. Son calme ne te plait pas. Ce silence autour de vous, comme si tout s'était tu pour vous observer. Tu n'aimes pas le silence, il s'accorde trop bien avec la solitude. Tu as l'impression d'être prisonnier dans la longue inspiration qui précède un hurlement, mais tu ne te défais pas de ton air défiant, pas question de lui offrir la satisfaction de lui montrer que t'as la trouille, que, dans l'fond, t'es un peu lâche. - And I’m not exacltly thinking of tea, scones and chit-chat… Le revoilà, ton foutu sourire, presque invisible sur tes lèvres mais qui s'esquisse sur ton expression mutine. - That's a pity, I kinda like scones but they're worth a fortune these days, on this side of the Atlantic. Tu penches légèrement ta tête sur le côté, l'illusion d'une moue contrariée accrochée au visage. Tu refais un pas en arrière, mimant les manières de quelqu'un qui ne sait pas parler sans ajouter des gestes, regagnant cette distance qu'il venait de reprendre sur toi. - Maybe I could tell you where those belongings of yours ended up... Ta crainte est étranglée par ton goût du challenge et pendant un bref instant tu te sens capable de prendre le dessus, pas par la force non, mais avec tes façons à toi. T'es le prince de fumistes, tu peux bien tenter ta chance, même avec lui, même si tu n'as pas beaucoup d'espoir de le duper, de le perdre avec tes mots.- But I'm in no mood for sharing for free. Une lueur passe dans ton regard, qui révèle qui tu es vraiment, quelles ombres tu caches au fond de toi. - And I do quite well with secrets if you don't have money to waste. Les morceaux de tissu qui lui appartiennent te paraissent soudainement bien lourds dans ton sac à dos.

_________________


there was no choice to make. I don’t know where I’m going, but I don’t think I’m coming home. And I said “I’ll check in tomorrow if I don’t wake up dead.” This is the road to ruin and we’re starting at the end.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ~ arsionist's lullaby (Chibs)    

Revenir en haut Aller en bas
 

~ arsionist's lullaby (Chibs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LULLABY :b muaaaaaaaaaah !
» Lullaby Reynolds ~ Makie Sasaki.
» Lullaby et ses liens. [UC]
» Lullaby - Petite pluie d'Avril
» Captain America ♦ Le soldat americain est là UC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
what's left of us :: Seattle :: Secteur 2. Central City :: Take a walk-