AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à WLOU ?
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci !

Partagez | 
 

 What's the hell ? ++ classyguy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Angela Alexander
ORIGINES : Anglaise
STATUT : very busy
JOB : finder ( détective)

AGE : 30
MESSAGES : 73
HERE SINCE : 05/08/2014
POINTS : 75


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: What's the hell ? ++ classyguy   Jeu 12 Fév - 3:45


it really matters when
you realized that you're in love

Je crois que je me suis levé du mauvais pied ce matin j'ai envie de râler, j'ai envie de taper, de grogner sauf que j'ai de la classe, contrairement à certains hommes des cavernes avec qui j'opère à TC sérieux, ça ressemble à un dépotoir en dehors de la base qui elle, est plutôt bien entretenu, enfin, j'ai pas vu les dortoirs masculins après tout, il reste encore des surprises à découvrir jsuis sure. Un imbécile m'a filé une affaire sur un mari infidèle. jE me retruve à chercher des preuves et je m'ennuie à mourir dans ma voiture. J'aime pas les stakeout. Au final on s'emmerde et il e passe quasi rien. J'ai le temps de mourir dix fois. Soûlée je laisse l'odieux mari infidèle - ou la quelle horreur - rester impuni pour aujourd'hui et je retourne à la base. tout le monde semble un peu flippé. Je me demande bien pourquoi. Je retrouve le boss et lui demande ce qu'il peut bien se passer. On m'averti qu'un de nos aides financières a été flingué avec le gratin puant qu'on essayait de remettre sur les rails. Je sursaute. Si vous me dites que c'est.. je n'ose pas vraiment y penser et je retourne chez moi pour téléphoner et vérifier que j'ai tort. surtout qu'à part certains, personne sait qu'Holden est dans le lot. Ce qui est assez dôle c'est quand je le vois appuyé sur ma porte, en sang, le sourire au lèvres et le portable sonnant. super. La journée de fou en fait. « So, you come back from a party ? It was good at least ? » Que je dis tout en ouvrant la porte. Quand il entre, je regarde sa chemise dégueulasse. « Don't screw up my rug. Not anybody can afford heat. » Petite blague entre nous. Je ne suis pas une privilégiée, lui oui. Et même si ça nous aide pas mal, j'ai une part de moi qui le trouve bien trop bien loti quand nous on tente de survivre dans cette ville de merde. Je lui indique le canapé après avoir placé un drap dessus. Quoi que, si je l'aide, m'aidera t'il lui aussi à acheter ce qu'il aura ruiné avec son sang ? Je sais, je suis pragmatique, là ou intérieurement, je m'inquiète. Sauf que je n'ai pas le luxe de m'inquiéter. Je prends le nécessaire et m'installe à côté de lui, ôte gentiment ses habits tout en sentant une appréhension, ou est ce de la gêne ? Mes doigts passe sur sa peau nue, je nettoie la plaie, mon regard effleure le sien, et je me sens tout sauf à l'aise. Il a un regard qui laisserait la plupart sur le carreau. Ma main tremble. une fois nettoyé je recouds la partie abîmée et je bande. J'aurais du probablement laisser faire un professionnel, mais quelque chose me dit que ça n'aiderait pas nos affaires. Je me reprends, enfile mon masque impassible et ôte mes chaussures à talons et m'installe à mon tour sur ce canapé. « You did get any information, before you were shot ? » Ca y'est, je suis de nouveau à côté de mon collègue, et toute ge^ne a disparue, enfin, presque.

_________________



 
you know you can't stop the revolution

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Holden Stark
ORIGINES : ENGLISH, BORN AND BRED.
STATUT : SINGLE.
JOB : LAWYER (BRITISH CONSULATE).

MESSAGES : 12
HERE SINCE : 11/09/2014
POINTS : 32


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What's the hell ? ++ classyguy   Mar 24 Fév - 21:44

Y a des jours, comme ça, où on ferait mieux de rester chez soi, avec un bon brandy. Ç'aurait été une fabuleuse soirée, accompagnée d'un vieux quarante-cinq tours de Miles Davis, repêché dans les bas-fonds de cette ville il y a quelques jours et que je n'ai pas encore eu le plaisir d'écouter. Ç'aurait été une soirée sans coup de feu, sans sang et sans cette maudite douleur qui me lance dans le bras. L'organisation de la rébellion a terriblement besoin d'être repensée, avant qu'ils ne commencent à tuer des alliés. Mon implication n'est pas connue par toutes les couches de la résistance, certes, mais toute opération, comme tout bon procès, doit être minutieusement préparée, tout le monde ne peut pas s'offrir le luxe d'y aller au talent. Je réajuste ma veste sur mes épaules, cachant ma blessure pour ne pas éveiller les soupçons alors que je traverse les rues partiellement éclairées, conservant une démarche assurée. Mon attitude ne trahit en aucun cas mon état. Une aptitude conservée aussi bien de mon éducation aristocratique que scolaire. Je finis par apercevoir l'impasse dans laquelle se trouve l'appartement d'Angela. Je m'appuie contre le mur, lâche un long soupir de soulagement et pose le tweed contre la rambarde avant qu'il ne s'imbibe de sang à en devenir irrécupérable. L'hôpital n'est pas une option, je n'étais pas censé être à cette partie de poker et les répercussions ne seraient bonnes ni pour ma réputation ni pour le secret de ma connivence avec la rébellion. Une blessure par balle entraine toujours son lot de questions, elles même maîtresses dans l'art d'engendrer des échos. Et je n'ai pas besoin de rumeurs, je dois conserver mon image, mon intégrité est une des clés de mon ascension et de la confiance placée en moi par les grands de ce monde. J'aperçois son ombre à l'angle de la rue et simultanément, mon portable se met à sonner. Je lui souris pour simple bonjour et montre le cellulaire quand elle me fait face. - You know what they say, a party ain't good if it ain't crashed. J'abandonne pour quelques secondes mon accent typiquement anglais pour cette piètre imitation de la jeunesse américaine, du temps de sa gloire télévisuelle, et la suis à travers l'embrasure. - I'd buy you a new one. Je hausserais volontiers les épaules pour illustrer ma réponse à sa boutade mais ça ne vaut même pas le coup. J'ai capté l'amertume dans sa voix, je sais qu'elle n'apprécie pas le luxe dans lequel je vis alors que la plupart des gens de cette ville peine à trouver de quoi manger. Je me bats peut-être pour les autres, mais je ne suis pas un franciscain, je ne veux pas de cette vie pour eux et je ne la veux surement pas pour moi. Je ne m'installe sur le canapé qu'après avoir reçu un signe de sa part, prenant soin de ne pas laisser goutter au sol le sang qui coule le long de mon bras. Elle commence à appliquer les soins, m'arrachant une grimace. Son discours s'oriente rapidement vers un sujet plus sérieux. Je ne retiens pourtant pas un sourire en coin, bercé d'un brin d'arrogance. - Are you doubting my abilities ? J'ai toutes les informations que je pouvais obtenir. Il n'y a rien de plus facile à faire parler que quelque politique désireux d'étaler ses gains et méfaits - surtout lorsqu'il s'agit de prendre avantage sur la 'populace' - autour d'un tapis vert, un alcool d'au moins quarante ans d'âge dans la main.   - The suit is ruined, isn't it ? A tailored suit, what a shame. Que je constate en baissant le regard sur l'épaule où elle s'affaire. Mon ton n'est pas amusé, cependant, parce que je n'apprécie pas de me retrouver du mauvais côté du fusil. - If I were sensitive I would cut my financing. The rebellion really needs to improve concerning intel. Ma voix est plus posée, sans la moindre touche de plaisanterie et une lueur, sombre, passe dans mon regard alors qu'il accroche le sien.

_________________


I'm starting with the man in the mirror
As I turn up the collar on my favourite winter coat, I see the kids in the streets with not enough to eat. Who am I, to be blind ? Pretending not to see their needs, a summer's disregard, a broken bottle top and a one man's soul.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Angela Alexander
ORIGINES : Anglaise
STATUT : very busy
JOB : finder ( détective)

AGE : 30
MESSAGES : 73
HERE SINCE : 05/08/2014
POINTS : 75


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What's the hell ? ++ classyguy   Lun 2 Mar - 15:40

Les hommes sont tous des gros bébés, leur ego est surdimensionné c'est un fait, et holden n'est pas mieux que les autres de ce côté là. Vous parlez performance, ils commencent à râler que vous doutez d'eux et ça chouine, et ça ronchonne. Quand il parle de racheter un tapis, je fronce les sourcils. les riches et leurs fric. J'aimerais lui fourrer dans la bouche et lui dire de l'avaler son fric. Mais je n'en dirais rien, on m'a apprit à être civilisée, moi. « Yeah right, nothing can't be replace. » d'un air de dire pour certains, tout peut bien être jeté. ya des gens qui n'ont pas des trucs à foison. Rahh, je peux pas m'empêcher de détester cette attitude. Ok, il donne son argent à la cause, et c'est une bonne chose, mais est il obligé de parler d'argent comme si on en avait tous un gros paquet ? Je ne me vois pas pauvre, mais je n'ai pas sa place dans la société. « No it's a question idiot. » Susceptible, told you. Et voilà qu'il râle que son costume est fichu. je peux le tuer de suite là ? Sait il qu'il parait si futile et superficiel en disant ça ? On dirait le putain de friqué qui pense que tout le monde comprend qu'un costume foutu c'est horrible. Dans mon monde, déjà, on en porte pas, et en plus, on chouine pas. « Omg, call the autorities, the press. A suit !! » Et voilà qu'il menace de ne plus payer la rébellion, s'il préfère vivre dans son opulente hypocrisie, c'est son droit après tout. « Stop keeping secret your identity. Most of them didn'tn know you're with us. Next time nobody will touch you. But if you're that kind of man. It's just a bullet, you're not gonna die ! » Même si moi, j'en ai envie. Parce que je n'aime pas les changements d'avis soudain parce que ça devient difficile. Personne ne lui a dit que ce serait facile après tout. c'est la guerre pas les bisounours. Alors oui ya des retombées parfois, mais ça c'est parce que les secrets c'est moisi pour une bonne communication. « No more secrets, no more drama. That's all. » Une partie de moi, celle qui veut pas le tuer dès qu'il l'ouvre - a envie d'une tout autre chose, surtout, en étant près de lui, plus que je ne l'ai jamais vraiment été.

_________________



 
you know you can't stop the revolution

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What's the hell ? ++ classyguy   

Revenir en haut Aller en bas
 

What's the hell ? ++ classyguy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
what's left of us :: Seattle :: Secteur 1. North End :: Group Health Downtown Seattle Medical Center-